Organiser des voyages sans licence : est-ce réellement possible pour un Travel Planner ?

Helloooooooo, futur maestro des voyages ! Tu te demandes comment tu peux organiser des voyages de rêve sans avoir cette fameuse licence d’agence de voyages ? Spoiler alert : c’est un grand oui !

 

Pas besoin d’être une agence de voyages avec une immatriculation au registre des opérateurs de voyages et de séjours pour créer des escapades de rêve. Mais comment ? Est-ce même légal ? Pour tout savoir je te conseille de lire attentivement cet article. Je vais te montrer comment, avec un zeste d’astuce et une bonne dose de connaissances, tu peux devenir un organisateur de voyages hors pair, sans les contraintes d’une agence de voyages traditionnelle.

 

Alors, que tu sois un agent de voyages en quête de liberté, un passionné de tourisme prêt à sauter le pas pour devenir travel planner, ou simplement curieux de savoir comment organiser des voyages sans être lié à une agence, tu es au bon endroit !

I. Comprendre la réglementation des voyages

Commençons par poser les bases histoire qu’on sache bien tous de quoi on parle ici.

La licence de voyage, c'est quoi au fait ?

Imagine que tu veuilles ouvrir une agence de voyages. Tu ne peux pas juste mettre une pancarte « Voyages incroyables ici » et commencer à vendre des séjours à Bali ou des treks en Patagonie. Non, non, non. Il te faut cette fameuse licence, décernée par les grands manitous du tourisme.

 

Cette licence, c’est la preuve que tu es un « professionnel », que tu sais ce que tu fais, et surtout, que tu respectes toutes les règles du jeu. Elle est décernée par Atout France, l’organisme qui veille à ce que tout se passe bien dans le monde merveilleux du tourisme en France.

Comment obtenir cette fameuse licence ?

Obtenir cette licence, c’est un peu comme passer un examen. Tu dois remplir un tas de conditions, comme prouver que tu as une garantie financière solide (histoire de ne pas laisser tes clients en rade si les choses tournent mal), et souscrire une assurance responsabilité civile professionnelle (pour couvrir les petits pépins qui pourraient arriver).

 

Ensuite, tu dois te faire immatriculer au registre des opérateurs de voyages et de séjours. C’est un peu comme le Facebook des agences de voyages, mais sans les photos de chatons et les gifs à gogo. Une fois que tu es sur ce registre, tu es officiellement reconnu comme un opérateur de voyages, et tu peux commencer à vendre des séjours, des titres de transport, et à faire rêver les gens avec tes incroyables offres de voyage.

La licence, c'est la classe, mais ce n’est pas obligatoire pour tous

Si tu veux jouer dans la cour des grands du tourisme, cette fameuse licence sera ta meilleure alliée. Mais ça, c’est uniquement vrai si tu veux gérer les réservations de A à Z pour tes clients, vendre des titres de transport, et proposer des prestations touristiques.

 

Elle n’est par exemple pas obligatoire pour les Travel Planners indépendants, qui n’ont pas forcément besoin de cette fameuse immatriculation au registre des opérateurs de voyages et de séjours pour exercer. Intrigué ? Je t’explique tout juste après !

 

Et si tu veux bien comprendre la différence entre agence de voyages et travel planner avant de lire la suite, je te l’explique en vidéo :

II. Organiser des voyages sans licence : comment c'est possible ?

D’abord, parlons cadre légal. Oui, pour vendre des titres de transport ou des séjours complets, les agences de voyages doivent être immatriculées et respecter tout un tas de règles. Mais toi, en tant que Travel Planner indépendant, tu as une marge de manœuvre plus grande.

 

Tu peux, par exemple, proposer des services de conseil en voyage, créer des itinéraires personnalisés, ou même organiser des séjours sans inclure le transport. Ce qui est primordial, c’est de bien comprendre où s’arrête ton rôle et de ne pas franchir la ligne qui te transformerait en agence de voyages « classique ».

 

Exemples concrets de services sans licence

 

Imagine que tu rencontres Paul, un passionné de randonnée qui rêve d’explorer les sentiers de l’Islande. Tu peux lui concocter un itinéraire sur mesure, lui recommander des hébergements de charme, et lui donner des conseils pour vivre une expérience inoubliable. Tout ça sans lui vendre de billets d’avion ou de réservations d’hôtel directement. En fait, tu es le maestro qui dirige l’orchestre, mais sans jouer tous les instruments toi-même.

 

On peut aussi prendre l’exemple de Léa, une food lover qui veut découvrir les trésors culinaires de l’Italie. Tu peux lui créer un parcours gastronomique, lui suggérer des ateliers de cuisine locaux, et lui indiquer les meilleurs spots pour déguster un authentique tiramisu. Tu lui offres alors ton expertise et ton savoir-faire, sans pour autant te transformer en agence de voyages.

 

En conclusion : liberté rime avec responsabilité

 

En résumé, organiser des voyages sans licence, c’est tout à fait faisable. Mais ça nécessite de bien connaître les règles, de cadrer ton activité et surtout, de proposer des services qui ne nécessitent pas cette fameuse immatriculation. Avec de la créativité, un bon réseau, et une assurance solide, tu peux créer des expériences de voyage uniques et personnalisées, tout en restant dans les rangs de la légalité.

III. Professionnaliser son activité de Travel Planner

Bon, après avoir lu le début de cet article tu te dis que l’activité de travel planner collerait parfaitement à tes envies ? Tu m’en vois ravie ! Mais avant de monter dans l’avion et de t’envoler vers cette nouvelle destination professionnelle, il y a quelques étapes essentielles pour assurer que ton aventure entrepreneuriale se passe sans turbulences.

1. Connaître les réglementations en vigueur

Première étape : te transformer en Sherlock Holmes du tourisme. Connaître les lois et réglementations, c’est crucial. Pour preuve, voici une liste non exhaustive des choses à vérifier :

 

  • Réglementations spécifiques des destinations : Prenons la Thaïlande, par exemple. Tu dois checker les règles de visa, les vaccins obligatoires, et même les do’s and don’ts culturels. C’est pas juste « Hello Thailand! », mais plutôt « Hello, règles thaïlandaises ! ».
  • Assurances spécifiques : Imagine que tu organises un trek en Himalaya. Ce n’est pas juste une question de bonnes chaussures de randonnée. Tu dois t’assurer que tes aventuriers soient couverts pour chaque chute potentielle ou glissade inattendue.
  • Respect des normes de sécurité : Organiser du parapente en Turquie ? Vérifie que tes prestataires sont aux normes. Tu veux éviter le scénario « Oups, on a oublié le parachute ! ».
  • Règles relatives aux titres de transport : Rappel, tu conseilles sur les vols, mais tu ne les vends pas. C’est donc important de connaître les droits des passagers par exemple afin de pouvoir répondre aux questions de tes clients.

2. Avoir une offre travaillée

Ton offre, c’est un peu ton « plat signature ». Elle doit être irrésistible, mais surtout, elle doit être simple – simple dans son exécution et facile à comprendre pour tes clients.

 

Prenons l’exemple de Clara. Elle a démarré son activité de travel planner en se spécialisant dans les voyages éco-responsables. Sa formule magique ? Des séjours sur mesure qui chouchoutent la planète tout en offrant des expériences authentiques et mémorables à ses clients.

 

Clara a conçu son offre pour qu’elle soit non seulement unique et en harmonie avec les désirs de sa cible, mais aussi claire et facile à saisir. Pas de jargon compliqué ou de d’offres alambiqués. Elle présente ses voyages de manière à ce que ses clients comprennent immédiatement ce qu’ils vont vivre, comment cela va se dérouler, et pourquoi c’est bon pour eux et pour l’environnement. Et bien sûr, chaque séjour est suffisamment photogénique pour faire un tabac sur Instagram (ou sur le canal de communication de ton choix hein, on n’est pas sectaire ici) !

 

En résumé, une offre bien travaillée, c’est celle qui combine originalité, simplicité et clarté. C’est ce qui rendra ton service non seulement attirant mais aussi accessible, permettant à tes clients de se projeter facilement dans l’aventure que tu leur proposes.

3. Créer des process pour gagner du temps et être rentable

Si tu penses que ton aventure entrepreneuriale va être un long fleuve tranquille, détrompe-toi ! Mais ne t’inquiète pas pour autant, j’ai quelques astuces pour te faire gagner du temps et booster ta rentabilité.

 

  • Automatisation des tâches
    Imagine que tu doives envoyer manuellement les confirmations de rendez-vous à chaque client ou que tu doives chaque fois écrire tous les emails de suivi toi-même… C’est comme essayer de remplir l’océan avec une cuillère ! Utilise plutôt des templates pour tes emails et des outils d’automatisation pour gérer les confirmations de rendez-vous, les envois de documents, et même les demandes de feedbacks par exemple.
  • Gestion des avis clients
    Les avis clients, c’est un peu comme la météo du tourisme. Un ciel dégagé, et tout va bien ; une tempête, et c’est la panique. Mets en place un process pour recueillir et gérer ces avis. Utilise-les pour améliorer tes services et montrer aux futurs clients que tu es le meilleur dans le game !
  • Suivi financier
    Gérer les finances, c’est crucial. Utilise donc des logiciels de comptabilité pour suivre tes dépenses, tes revenus, et même tes garanties financières.
  • Collaboration avec d’autres prestataires complémentaires
    Mets en place des process pour communiquer efficacement avec eux, négocier les meilleurs tarifs pour toi et tes clients et t’assurer de la qualité des services.
  • Conformité légale
    Et n’oublie pas la conformité légale. Que tu sois immatriculé ou non, assure-toi de respecter le code du tourisme et idéalement je te conseille d’avoir une assurance responsabilité civile professionnelle solide.

4. Penser à la Responsabilité Civile Professionnelle

Parlons d’un sujet un peu moins fun mais hyper important : la Responsabilité Civile Professionnelle (RCP). Ce que je dis à mes apprenants, c’est qu’avoir une bonne Responsabilité Civile Professionnelle c’est un peu comme avoir un garde du corps pour son business.

Je m’explique :

 

La RCP, c’est quoi au juste ?

 

Imagine que tu concoctes un voyage de rêve, mais tu commets une erreur de conseil majeure, comme recommander une destination pas du tout adaptée aux enfants en bas âge de ton client. Sans RCP, tu pourrais te retrouver dans une situation délicate, avec des réclamations et des frais juridiques à gérer. Mais avec une assurance responsabilité civile professionnelle de Chapka, tu es couvert. Ils prennent en charge les conséquences financières des dommages causés involontairement à tes clients si ta responsabilité est engagée.

 

Pourquoi choisir Chapka ?

 

Chapka, ce n’est pas juste une assurance, c’est une assurance pensée pour toi, futur travel planner. Ils comprennent les spécificités de ton métier et te proposent une couverture adaptée à tes besoins. Avec Chapka, tu bénéficies d’une protection optimale pour les risques liés à l’organisation de voyages, que ce soit pour des erreurs de conseil, des manquements contractuels, ou même la divulgation involontaire de données personnelles.

Les petits plus de la RCP

 

Avec une RCP, tu montres à tes clients que tu es un pro sérieux. C’est un gage de confiance et de sécurité.

Et si jamais il y a un souci, tu peux compter sur Chapka pour gérer les tracas légaux et financiers

En résumé ?

Et voilà, cher futur Travel Planner, nous voici arrivés au terme de notre voyage ensemble à travers les méandres passionnants et parfois complexes du monde des travel planners. J’espère que tu te sens maintenant un peu plus aguerri, prêt à tracer ta propre route dans cette aventure exaltante. Je sais, ça peut sembler un peu intimidant au début, tous ces détails sur les licences, les réglementations, et la responsabilité civile. Mais rappelle-toi, chaque grand voyage commence par un petit pas. Et si tu le souhaites, je peux être là, à tes côtés, pour t’encourager et te guider à chaque étape de ce parcours incroyable !

 

Récapitulons, capitaine !

 

Tu as découvert que, oui, c’est possible d’organiser des voyages sans licence et que oui, tu peux en vivre ! On a parlé immatriculation, responsabilité civile avec Chapka, et comment avoir une offre de voyage qui déchire. Tu as même compris l’intérêt de créer des process pour te faciliter la vie et booster ta rentabilité. Bref, tu as désormais toutes les cartes en main pour te lancer dans cette aventure incroyable.

 

Un petit encouragement pour la route.

 

Si tu es encore là, c’est sûrement que l’idée de te lancer à ton compte en tant que travel planner indépendant t’intéresse. Organiser des séjours, créer des expériences uniques, et voir les yeux de tes clients briller, ça te parle, non ? Alors arrête d’attendre ! Le monde du tourisme est vaste et plein de possibilités, même sans licence d’agence de voyages.

Embarque dans ma formation « Devenir Travel Planner »

 

Maintenant si tu veux vraiment plonger dans le grand bain et devenir un travel planner pro, ma formation « Devenir Travel Planner » a été pensée pour toi.

On va parler de tout : de l’organisation de voyages sur mesure, de la gestion d’une activité de tourisme, et même comment vendre tes services like a boss.

2 réflexions sur “Organiser des voyages sans licence : est-ce réellement possible pour un Travel Planner ?”

    1. Hello Séverine,

      Cela dépend mais tu as notamment Zapier qui permet de faire des automations externes.
      Sinon j’en ai qui sont déjà proposés via Clickup (cousin éloigné de Notion) que j’utilise au quotidien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.